Deuxième voyage improvisé de l’année. Nous venons de réserver nos billets pour un road trip en Irlande d’une semaine. Depuis le temps que cette île nous faisait de l’œil, nous avions déjà une bonne idée des lieux que nous voulions découvrir. Pour ce road trip, nous nous sommes limité à effectuer une boucle Nord orientée nature et avons fait l’impasse sur les villes et nombreux châteaux qu’abrite ce joli petit bout de terre. Falaises impressionnantes, littoral déchiré, collines verdoyantes, lacs, cascades, champs de bruyères, lande rousse… Prêts à ne plus savoir où donner de la tête?

Irlande-DSC-8430

Préparer un roadtrip en Irlande

Quand partir en Irlande

On ne vous apprendra sans doute pas grand chose en vous disant que le temps est capricieux en Irlande… Comme en Islande, on peut avoir les 4 saisons en une journée. Pour mettre toutes les chances de votre côté, nous vous conseillons tout de même de privilégier le printemps ou l’été : de mai à septembre.

Trouver un billet d’avion pour aller en Irlande

De nombreuses compagnies aériennes proposent des billets pour l’Irlande a des prix très abordables depuis plusieurs villes de France. Nous avons eu nos billets pour une centaine d’euros par personne la veille du départ… Ce n’est donc pas ce poste qui va vous ruiner!

Se déplacer en Irlande

En Irlande chaque virage est une surprise. La meilleure manière de découvrir ce pays est sans aucun doute de louer une voiture.  Même si la conduite s’effectue à gauche, il serait dommage de se priver d’une telle invitation à la découverte.

Location de voiture

Concernant la location de la voiture, nous avons vécu notre première mésaventure en 10 ans de voyage. Ayant changé ma carte bancaire, nous avons eu l’amère surprise de découvrir que les cartes débit n’étaient pas acceptées en Irlande (le dépôt de garantie devant être effectué exclusivement sur une carte de crédit au nom du conducteur).

Bloqués à l’aéroport, la seule solution a été de prendre une sur-assurance pour racheter la franchise au loueur… Et bim! 150 EUR pour les 7 jours… + 30 EUR supplémentaires pour se rendre en Irlande du Nord.

Plusieurs règles à respecter donc lors la location d’une voiture en Irlande

  1. Louer sa voiture avec la carte bancaire du conducteur principal
  2. La carte utilisée doit être une carte de crédit pour assurer les dépôts de garantie : les cartes de débit ne sont pas acceptées par la majorité des loueurs
  3. Prendre ses assurances depuis la France
  4. Vérifier si l’assurance du loueur prends ou non en charge le passage par l’Irlande du Nord

Concernant le loueur, nous avons été attiré par les prix bas d’une compagnie low-cost mais les conditions de vente et les nombreux suppléments payés sur place n’était pas clairement indiqués. Nous aurions du faire comme d’habitude et passer par rentalcars … avec eux jamais de mauvaise surprise.

Conduire en Irlande

Malgré quelques hésitations sur les premiers kilomètres, la conduite à gauche n’a pas posé de problème particulier. Nous l’avions déjà expérimentée en Namibie et il faut croire que les réflexes reviennent vite. L’infrastructure routière est aux normes Européennes : pas de surprises de ce côté là. Il faudra tout de même noter que certaines nationales sont sinueuses et parfois étroites mais rien de bien méchant. De jour comme de nuit vous devrez partager la route avec de nombreux moutons qui évoluent en toute liberté : vigilance est mère de sureté.

À mettre dans sa valise lors d’un road trip en Irlande

  • Un adaptateur de prise France / Angleterre (type G : 2 fiches horizontales et d’une prise de terre verticale)
  • Un imperméable : nous avons assisté à de magnifiques levés/couchers de soleil et avons pris une saucée juste après!
  • Un coupe vent : même si nous n’avons pas eu de vent lors de notre road trip, il parait qu’il n’hésite pas à souffler fort
  • De bonnes chaussures de marche (de préférence étanches)
  • Une carte routière en plus du GPS : indispensable pour repérer les routes touristiques et ne pas empreunter les grands axes ou l’autoroute.

Utilisation du drone en Irlande

Avant de partir, nous avions lu sur le site de l’aviation irlandaise que seuls les drones de plus de un kilo devaient être enregistrés. N’ayant pas trouvé plus d’informations sur la législation en vigueur nous avons préféré ne pas le prendre. Grosse erreur… nous avons rencontré de nombreux dronistes et le temps était idéal : peu de précipitations et pas de vent.  À noter que ceci est juste notre retour d’expérience et que nous vous conseillons de vérifier avant votre départ : la réglementation évolue vite, trop vite!

A ne pas manquer lors d’un road trip en Irlande

Comme la plupart de nos road trip, celui-ci est orienté Nature. Nous avons donc fait l’impasse sur les villes et les nombreux châteaux qu’abrite l’Irlande.

Nous allons vous donner quelques infos complémentaires sur les lieux que nous avons repéré pendant notre séjour et que nous n’avons pas pu découvrir par manque de temps.

Notre itinéraire pour 7 jours

Voir en plein écran

Jour 1 | De Dublin à la côte d’Altrim

Après notre arrivée à l’aéroport international de Dublin et une longue mais vaine négociation avec le loueur de voiture, nous chargeons enfin nos bagages dans le coffre. Direction l’Irlande du Nord et son superbe littoral!

On dirait que la chance est de nouveau avec nous :  nous atteignons la côte avec un soleil rasant, un vrai régal pour les yeux. Nous nous dirigeons vers Bushmills pour découvrir le célèbre site naturel de la chaussée des géants (« Giant’s Causeway« ).

Il faut dire que depuis que nous l’avons vu dans le classement National Geographic des endroits les plus extraordinaires de la planète, Fred était prêt à faire le voyage rien que pour ramener « LA » photo de ce spot au coucher du soleil…

Cela était sans compter les caprices de la météo Irlandaise.  Le temps de déposer nos affaires au B&B, une épaisse brûme est apparue et a couvert le ciel.  Nous décidons tout de même de découvrir ce lieu : on est jamais a l’abri d’une bonne surprise! Fingers Crossed!

La chaussée des géants | Giant’s Causeway

« La légende raconte que ce lieu a été créé à l’occasion d’un duel entre deux géants : le mythique irlandais Finn McCool et l’écossais Benandonner. Pour rejoindre les deux îles, Finn construisit une chaussée en jetant des pierres dans la mer.

Pris de panique lors de l’arrivée de son gigantesque adversaire, la femme de Finn, eu la brillante idée de le déguiser en bébé. Elle présenta au géant Ecossais son mari déguisé comme étant son « fils ».

Voyant la taille du « rejeton », le colosse prit peur en imaginant la taille du père. Il repartit aussi sec en Ecosse et prit soin de démonter la chaussée pour que l’Irlandais ne puisse pas le rejoindre. »

Plus sérieusement, la Chaussée des Géants est une formation volcanique issue de l’érosion d’une coulée de lave datée de 40 millions d’années. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1986 et classé réserve naturelle nationale l’année suivante, ce site est unique au monde.

Irlande-DSC-7162

Plus de 40 000 orgues basaltiques de forme hexagonale font face au littoral et défient ardemment la force de l’océan. Après plusieurs années d’affrontement, leur sommet a été applani par l’érosion pour former le paysage que nous observons aujourd’hui.

Par temps clair, on peut observer de nombreuses espèces d’oiseaux comme le cormoran, le macareux moine et même le petit pingouin. Evidemment, avec un brouillard à couper au couteau, nous n’avons pas eu cette chance.

Irlande-DSC-0890

Mais cela nous a motivé pour nous diriger aux dernières lueurs du jour vers la non moins célèbre allée « The Dark Hedges ». Nous nous sommes dit que l’ambiance fantomatique pourrait donner un air dramatique aux arbres torturés qui composent l’allée.

La route Royale | The Dark Hedges

Située a quelques kilomètres de la chaussée des géants, « The Dark Hedges » est une allée de hêtres qui ont été plantés il y a plus de 200 ans par la famille Stuart. Initialement, l’allée était composée de près 150 arbres destinés à impressionner les visiteurs qui  s’approchaient du manoir géorgien la « Gracehill House ». Deux siècles plus tard, le temps et la rudesse du climat ont eu raison d’un tiers d’entre eux mais leur charme est resté intact.

Cette longue allée doit sa célébrité à ses vieux arbres noueux qui forment un tunnel végétal naturel. Suivant l’heure de la journée, le branchage inspire tantôt la sérénité tantôt l’angoisse. Ayant servi de lieu de tournage pour la série Game of Thrones, ce site fascinant est l’un des plus photographiés d’Irlande du Nord. Il attire de nombreux fans venus du monde entier et la journée l’allée se transforme en véritable avenue des Champs-Elysées…

Irlande-DSC-7351

Chance pour nous, il fait presque nuit noire et le site est désert. Il faut avouer que l’ambiance est lugubre et que ce passage ne vole pas sa réputation. Les branches torturées sont menaçantes et le brouillard ne fait qu’ajouter au mystère du lieu. Le silence est assourdissant et les ombres spectrales angoissantes… Pile ce que nous recherchions! 😉

Où dormir près de la chaussée des géants

Nous avons séjourné au Causeway Smithy B&B, un charmant b&b à la décoration soignée et idéalement situé pour découvrir la région (Prix : 67€ – pti dej inclus).

Jour 2 | De l’Irlande du Nord à Donegal

Avant de prendre la route pour la côte Ouest de l’Irlande, nous passons la matinée à arpenter les sentiers de la côte d’Antrim entre Ballycastle et Bushmills. Iles, rochers escarpés, récifs imposants, falaises… Autant dire que les points de vue ne manquent pas et le paysage est magnifique!

Le pont de Carrick-a-Rede | Carrick-a-Rede Bridge

Nous nous dirigeons vers la carrière de Larrybane. Après environ 1km, nous traversons le pont suspendu de Carrick-a-Rede : un pont en corde qui relie l’île de Carrick au reste de l’Irlande du Nord.

Irlande-DSC-7373

Autrefois, cette îlot de roches volcaniques était un lieu de passage des saumons lors de leur migration. Le pont était emprunté par les pêcheurs qui bravaient le danger pour surveiller leurs filets et ramener la pêche du jour. Au fil du temps, le pont s’est détérioré mais il a été récemment restauré par l’association irlandaise National Trust. Il est désormais accessible au plus grand nombre.

Long de 20m, il surplombe à environ 30m l’océan et les falaises abruptes de l’île de Carrick. Si vous n’avez pas peur du vide, la vue sur le littoral à elle seule vaut le détour! Nous avons eu un temps clair ce matin et avons pu apercevoir l’île de Rathlin et les îles écossaises.

Irlande-DSC-7622

Irlande-DSC-1294

C’est également un bon endroit pour observer les oiseaux. Nous avons eu la chance d’approcher un couple de petits pingouins, une multitude de fulmars et même un huîtrier pie.

Irlande-DSC-1182

Informations pratiques pour la visite de Carrick-a-Rede

  • Horaires : de mars à fin septembre (le pont est ensuite démonté pour l’hiver). Matin : Ouverture a 9h30 tout le temps et fermeture en fonction du coucher du soleil
  • Durée : Minimum 1 heure
  • Tarifs : adulte : £5,60 | enfant : £2,90 | famille : £13,70

Ruines du château de Dunseverik

Irlande-DSC-7776-2

L’Irlande renferme de nombreuses ruines. Ces vestiges font parti du patrimoine historique du pays et embellissent de nombreux paysages de l’Île Émeraude. En chemin, nous avons découvert les ruines du château de Dunseverik dont la dernière tour est tombée dans l’océan en 1978. Seul le pavillon d’entrée a su résister aux guerres et au temps mais la vue du château sur la mer vaut à elle seule une petite pause.

La baie de Fintragh

Irlande-DSC-1639

Nous prenons la direction des falaises de Slieve League et à la sortie de Killybegs, nous surplombons la baie de Fintragh. Nous découvrons une immense étendue de sable fin dominée par de nombreuses dunes. Une pause agréable après ces quelques heures de route. Si vous êtes observateur et que vous êtes chanceux, vous pourrez y admirer le vol de magnifiques hérons gris.

Les falaises de Slieve League

Irlande-DSC-7964

La route panoramique qui longe le littoral est sinueuse et escarpée. La lumière est parfaite en cette fin de journée et nous apprécions chaque détail du rivage. Passé le village de Teelin, nous empruntons un étroit chemin. Après quelques lacets, nous arrivons au belvédère « Bunglass Point » qui offre une vue imprenable sur l’Atlantique.

Située dans le comté de Donegal, les falaises de Slieve League impressionnent! Culminant à plus de 600 mètres, elles font partie des plus hautes d’Europe. Imposantes et vertigineuses, ces falaises plongent droit dans l’océan au coeur d’un site où la nature est reine.

Irlande-DSC-1728

Il n’y a pas de vent et nous décidons d’arpenter le col “One Man’s Pass”, un petit sentier qui permets d’atteindre le point le culminant du site en une 1/2 heure. Les oiseaux virevoltent au-dessus de nous et sommes accompagnés par les nombreux moutons qui gardent farouchement le lieu.

Irlande-DSC-7834

Arrivé au sommet, la vue est spectaculaire et les mots manquent pour décrire la splendeur du panorama. La falaise côtoie les nuages, l’océan, les lacs… Le ciel est dégagé et nous admirons la baie de Donegal, Leitrim et même le mont Ben Bulben. Le contraste entre les camaïeux de bleus de l’océan et de verts de l’intérieur des terres est saisissant! On a l’impression d’être seuls au bout du monde. Un moment fort qui restera gravé dans notre mémoire.

Irlande-DSC-7817-2.jpg

Irlande-DSC-7972

Informations pratiques:

  • La route pour accéder au point d’observation peut être clôturée par une barrière située près d’un parking. Ne garez pas votre véhicule ici. N’hésitez pas à ouvrir la grille et la refermer derrière vous pour éviter que les animaux ne puissent s’échapper. Vous atteindrez quelques minutes plus tard le belvédère
  • Si nous avons eu un temps idéal lors de notre balade et que nous avons pu nous approcher du bord des falaises, nous vous recommandons toutefois la plus grande prudence si le vent souffle ou si le sol est humide. Le site n’est pas sécurisé et un accident peut vite arriver…

Où dormir dans la région de Donegal

Nous avons posé nos valises au B&B Donamar House. (Prix: 75€ pti-dej inclus et il est top!). Les propriétaires sont très sympas et nous ont donné de précieux conseils pour notre séjour. Nhésitez pas une seconde à échanger avec eux.

Jour 3 | Direction le parc du Connemara

Nous voilà prêt à reprendre notre aventure sur la Wild Atlantic Way. En traversant le comté de Sligo se dresse l’immense frontière naturelle entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord : la montagne Ben Bulben.

Le mont Ben Bulben et la cascade de Glencar

Nous traversons des prés verts sur lesquels paissent des moutons irlandais. Aucun bruit ne vient troubler ces paisibles instants. La légende raconte même que Diarmuid, un soldat Fianna au service du roi d’Irlande, s’y repose pour l’éternité après avoir eu le cœur transpercé par un sanglier enchanté… que serait l’Irlande sans ses contes et ses mythes!

Avec plus de 526 mètres de hauteurs, les roches de Ben Bulben se sont formées pendant l’ère glaciaire et ont été sculptées par le mouvement des glaciers : un lieu idéal pour les randonnées et l’escalade mais nous n’avons pas le temps.

Nous prenons la direction de la cascade de Glencar et nous enfoncons dans une profonde vallée parcourue par une rivière. Au loin, nous apercevons des sapins et par endroit la roche rappelle certains parcs nationaux américains.

Cette petite cascade est certes photogénique mais elle ne nous a pas subjugué. En discutant avec Alastrann, un éleveur de mouton de la région, nous avons découvert qu’à une centaine de mètre de la cascade, le site abrite des chutes beaucoup plus impressionnantes : la cheminée des diables (« Devils Chimney« ).

Les chutes Devils Chimney

Avec de 65m de haut, les Devils Chimney rappelle dans une moindre mesure les Yosemite Falls. Malheureusement pour nous, le débit n’était pas assez important pour observer la puissance de son voile d’eau. Nous nous sommes contenté de la photo sur le panneau de la randonnée et avons fait l’impasse sur le sentier qui permets de la découvrir.

Nous reprenons la Wild Atlantic Way pour rejoindre un véritable paradis sur terre : le parc national du Connemara.

Le parc national du Connemara

Le Parc National du Connemara est sans aucun doute le plus beau parc naturel d’Irlande. D’une superficie d’environ 2 000 hectares, il abrite une faune et une flore sauvage encore préservée. Immenses collines, plaines à perte de vue, tourbières, landes rousses et forêts persillées de lacs gigantesques : un véritable refuge pour les amoureux de la nature que nous sommes!

Pour notre première incursion dans le parc, nous avons décidé de faire simple et suivre une partie de la Connemara Loop à partir de Aasleagh pour rejoindre notre B&B près de la Sky Road.

Les cascades Aasleagh | Aasleagh Falls

Ces petites cascades sont accessibles à pied à partir de la R335. Une petite promenade le long du court d’eau de la rivière Erriff nous a permis de faire une pause agréable et rafraîchissante après 2h30 de route.

Irlande-DSC-8668

Irlande-DSC-8272-2

Les eaux calmes en contrebas de la cascade offrent des reflexions parfaites qui font écho au paysage.

Le Fjord Killary Harbourh

Nous reprenons la boucle et longeons Killary Harbour, l’unique fjord d’Irlande. Même s’il ne rivalise pas avec les fjords Norvégiens, il mesure tout de même près 16km de long. Nous découvrons un paysage au contraste marqué par la réfexion éclatante des nuages sur la surface de l’eau et les montagnes sombres de Galway.

Kylemore Castle

Quelques kilomètres plus loin, nous faisons face au château de Kylemore et tombons sous le charme de son architecture néo-classique signée John Fuller.

Irlande-DSC-2266

Niché au pied d’une colline au bord d’un lac, l’emplacement du batiment est remarquable. Son reflet dans l’eau est parfait, un véritable miroir à ciel ouvert.

Bâti en 1868 par Henri Mitchell, un riche marchand de Liverpool , le domaine compte un château, un grand jardin de 3 hectares ainsi qu’une abbaye construite à la mémoire de sa femme (“Kylemore Abbey“). Aujourd’hui ce site est entretenu par des Sœurs Bénédictines qui en assurent la restauration et l’entretien.

Prix : 7€ par personne pour la visite du château, du jardin et de l’abbaye. Les sœurs commercialisent également leurs propres cakes maison, ainsi que leurs fleurs.

Le soleil s’est presque couché et il est temps pour nous d’emprunter le début de la Sky Road pour rejoindre notre B&B. Après avoir déposé nos bagages, nous profitons des dernières lueurs du jour au point de vue sur l’atlantique et la baie de Clifden (« Sky Road Wild Atlantic View Point« ).

Irlande-DSC2896-

Irlande-DSC-2287

Où dormir au parc national du Connemara

Nous avons décidé de dormir en front de mer au Waterfront Rest B&B. (Prix: 70€ Pti-dej inclus). Tenue par une française tombée amoureuse du pays, l’établissement est idéalement situé pour découvrir le littoral du Connemara. Le petit-déjeuner fait maison est l’un des meilleurs que nous ayons pris de notre séjour.

Jour 4 | Le Connemara

Nous reprenons la Sky Road, l’une des plus belles routes d’Irlande. Le long de ces 10km de routes sinueuses, nous avons profité de paysages sauvages et de panorama à couper le souffle.

Paysages côtier, îlots, collines verdoyantes, lacs, bruyères mêlent couleurs et contrastes étonnants. Le ciel, la terre, et l’océan sont en parfaite harmonie.

La baie de Renvyle

Irlande-DSC-2204

Au programme sable blanc et eau turquoise… De quoi avoir l’envie de faire trempette mais l’air est frais et l’eau glaciale! En revenant dans les terres, les criques cédent la place aux lacs. Sur le bord de la route nous apercevons une cabane de pêcheurs et décidons de nous en approcher.

La cabane des pêcheurs

Irlande-DSC--3

Nous arrivons près du ponton. De légères rides creusent la surface de l’eau pendant que les fleurs de coton virevoletent au grè du vent. D’une étendue à l’autre, la lumière évolue et modèle le visage de ces anciennes vallées glaciaires. Un moment de quiétude et de sérénité qui appelle à la contemplation.

Irlande-DSC-8604

Irlande-DSC-2376

L’îlot du lac Derryclare Lough

Quelques kilomètres plus loin un îlot renferme des pins torturés. Cerné par les montagnes et la lande rousse, le paysage vaut vraiment le détour. Les réflexions sur le lac Derryclare Lough sont une fois de plus sublimes et il serait dommage de ne pas y faire une pause photos ou d’y pique-niquer.

Irlande-DSC-8624

Irlande-DSC-8635

Inagh Valley

En s’introduisant au coeur de la vallée, les paysages deviennent peu à peu montagneux et sauvages. La région est désertique, le silence absolu et le temps semble suspendu…

Irlande-DSC-2590

Enfermée de part et d’autres par les Twelve Bens et les Maumturk Mountains, la vallée est constituée de vastes étendues de landes rousses, de tourbières et est ponctuée de lacs.  Ici et là, des cours d’eau ondulent.

DSC_2586

Le paysage donne le vertige par son immensité et sa splendeur. Un véritable havre de paix qui définit le Connemara dans toute son authenticité.

Pour aller plus loin

Diamond Hill est une montagne à la forme triangulaire et à la couleur claire. Semblable à un diamant, elle est le bijou du parc. Fred étant blessé, nous n’avons pas pu effectuer la randonnée permettant d’atteindre son sommet au coucher du soleil. La vue y est parait-il magnifique.

Où dormir au parc national du Connemara

Waterfront Rest B&B. (Prix: 70€ Pti-dej inclus).

Jour  5 | Du Connemara aux falaises de Moher

Depuis que nous avons vu « Harry Potter et le Prince de sang-mêlé« , Kahina est appelée par le paysage si particulier des falaises de Moher. Malgré un long détour, nous décidons de rejoindre ces parois qui fascinent tant.

Falaises de Moher | Cliffs of Moher

Irlande-DSC-8912

Si le site est grandiose, la multitude de bus croisés sur la route en sens inverse nous rappelle que c’est également le plus photographié d’Irlande. Le flot de touristes est incessant.

Après avoir longé la côte sur la Wild Atlantic Way, nous arrivons sur la commune de Liscanno au coucher du soleil. Nous apercevons au loin un orage menaçant et avons peur qu’il rejoigne la côte. Une fois de plus, nous faisons l’impasse sur notre souper pour profiter d’un superbe éclairage.

On nous a conseillé de ne pas se garer au parking principal mais un peu plus loin dans un champs privé qui permets d’accéder en toute tranquillité au sentier qui longe sur 8km la côte.

Après avoir suivi ces précieux conseils, nous arrivons en quelques instants près de l’a-pic avec une vue imprenable sur la plus haute falaise du site. De quoi donner le vertige! Il faut dire qu’avec 215m de haut, ce géant de roche impressionne!

Nous nous éloignons du point de vue en longeant le sentier vers le sud. Pour sécuriser la balade, un muret de pierres sépare le chemin du vide. Le vent ne soufflant pas, nous l’enjambons et suivons la ligne de crête pour profiter des magnifiques points de vue sur l’horizon où l’on devine les îles d’Aran.

Irlande-DSC-2792

Irlande-DSC-2882

La roche, composée de calcaire et de schiste, est sombre et profondément marquée par l’érosion du vent et de l’océan. Elle sert d’habitat à de nombreux oiseaux marins tel que le cormoran ou notre chouchou, le macareux, que nous avons enfin pu rencontrer…

Irlande-DSC-6985

Après une bonne heure de marche nous décidons de faire demi-tour et retourner au « Visitor Center » principal. Le soleil est couché, le site calme et désert. Le moment est idéal pour photographier en toute intimité la tour « O’Brien Tower ».

Irlande-DSC-8935

Bon plan: si vous réservez à l’avance sur internet, vous aurez une réduc de 50% sur le prix de l’entrée (4€).

Où dormir aux falaises de Moher

Après avoir essayé en vain de manger dans le coin, nous retrouvons enfin notre lit au B&B Ocean View. (Prix: 80€ Pti-dej inclus).

Jour 6 | Wicklow – Powerscourt – Bray

La nuit a été courte et nous dévorons avec appétit notre Irish BreakFast. Une épaisse brume enveloppe le littoral et l’on ne voit rien à plus de 2 mètres… Nous nous rendons compte de la chance que nous avons eu  la veille et décidons de quitter la région pour revenir vers Dublin. Quelques heures plus tard, nous voilà enfin arrivés dans le comté de Wicklow, prêts à traverser un paradis pour les randonneurs : le Wicklow Mountains National Park.

Le parc national de Wicklow | Wicklow Mountains National Park

Irlande-DSC-2982

Le massif montagneux des Wicklow Mountains est un endroit idéal pour se promener et admirer le panorama sous la protection de Lugnaquilla, sa plus haute montagne.

Nous avons parcouru le parc en voiture et profité de nombreux points de vue avant de rejoindre le monastère de Glendalough. Au programme : landes de pierre, tourbières, cascades et aussi de superbes lacs aux eaux paisibles.

Après avoir emprunté une section de la Wiclow Way nous prenons la direction de la plus haute cascade d’Irlande, la Powerscourt Fall.

La cascade Powerscourt | Powerscourt Waterfall

Nous arrivons en fin d’après-midi sur la propriété du manoir de Powerscourt House. En s’éloignant des aires de pique-nique, nous découvrons un cadre exceptionnel, sauvage et préservé. Au loin se dresse l’imposante Powerscourt Waterfall. Du haut de ces 121m, elle déverse inlassablement une partie du fleuve Dargle.  L’eau est fraîche mais kahina n’hésite pas à escalader quelques rochers pour immortaliser le moment.

Irlande-DSC-9294

Tarifs : Cascade 6€ / Jardin 10€  | Horaires sur le site officiel

Le lac Lough Dan

Nous rejoignons le littoral en traversant une nouvelle fois le Wicklow Mountains National Park mais cette fois nous empruntons le col Sally Gap.  Culminant à plus de 400 mètres d’altitude, il offre des points de vue magnifiques sur les lacs Lough Tay et Lough Dan. Ce dernier est totalement encerclé par des montagnes qui semblent veiller silencieusement sur ces eaux.

Irlande-DSC---4

La vue est fantastique et nous profitons d’un superbe coucher de soleil sur la Luggala Mountain!

Irlande-DSC--3481

La Route R750 vers le littoral

Petite surprise en fin de la journée… la traversée de quelques kilomètres de la R750. Une pure merveille avec les dernières lueurs du jour!

Le pain de sucre | Great Sugar Loaf

Après de nombreux essais, il aura fallu attendre que le soleil soit couché pour enfin trouver le spot pour photographier le  « Sugar Loaf ». Cette montagne qui, du fait de sa forme atypique et de sa teinte claire, est surnommée “le pain de sucre”.

Irlande-DSC---2

Où dormir près de Dublin : Bray

Le prix des hébergements à Dublin étant exhorbitant, nous avons décidé de nous éloigner et rejoindre la côte dans la station balnéaire de Bray. Nous profitons d’une promo et séjournons au The Strand Hotel former Home of Oscar Wilde & Caffe Vergnano 1882. Arrivés dans cette ville aux allures de Deauville , nous sommes trop fatigués pour aller manger : un bon thé et au dodo.

Jour 7 | Bray

La baie de Bray

Après 4 heures de sommeil, Kahina se réveille. Une lumière chaude innonde notre chambre. Le soleil se lève et le ciel est constellé de nuages rouge sang. « Vite! Il faut descendre! Les couleurs vont partir! »

Irlande-DSC-1-3542

Le temps d’enfiler mes chaussures, je me retrouve sur la plage en titubant, les yeux collés et la tête encore dans les vapes.

Sur le front de mer, trois jeunes irlandais se sont lancé le défi de nager au lever du soleil dans une eau qui ne doit pas dépasser les 10°c. Après quelques hésitations ils prennent leur courage à deux mains et se lancent.

Irlande-DSC--9466

Quelques minutes plus tard, je les congratule pour leur témérité et les remercie du spectacle qu’ils m’ont offert. Naturellement, je leur propose d’immortaliser ce moment et leur offre quelques clichés attestant de leur exploit.

Irlande-DSC--9490

Après un café bien mérité nous prenons la route de l’aéroport. Nous n’aurons pas le temps ce matin de découvrir le Phoenix Park et ces animaux en liberté. Cela sera à programmer pour un week-end prolongé à Dublin.

Posted by:mytripfab

2 replies on “ROAD TRIP IRLANDE | Conseils & itinéraire | Une semaine sur l’île verte

Laisser un commentaire