J’arrive au pied des montagnes suisses. Après cinq heures de trajet depuis Paris , j’emprunte enfin ma dernière correspondance : la GoldenPass Line, une ligne de train pittoresque.

DSC_7304

En quittant Montreux, la voie s’élève et dévoile les paysages magnifiques de l’arc lémanique. Après quelques minutes, les larges fenêtres se font oublier pour une immersion totale dans la nature. Au col de Jaman, la ligne s’enfonce dans la montagne pour changer de vallée et se diriger vers l’Oberland bernois, région rattachée au canton de Berne. Entre les montagnes, le train se faufile à travers de petites vallées encaissées à la végétation dense. Par endroits, j’aperçois des sommets saupoudrés de neige, des lacs et des collines parsemées de chalets en bois sculpté.

DSC_7327

Dernier virage avant la gare de Gstaad. Avant d’entrer dans l’intimité de ce village perché à 1 050 mètres d’altitude, je traverse les magnifiques prairies du Saanenland. La légende raconte que les vallées du Saanenland sont l’empreinte des cinq doigts de la main de Dieu. Une beauté surnaturelle dont Gstaad serait le joyau. À peine mes valises posées, je pars à la découverte du village. Je suis frappé par la tranquillité qui y règne, par l’harmonie architecturale de ses chalets traditionnels. Sa chapelle et son église possèdent un charme à la fois champêtre et montagnard.

DSC_7338

Dans l’inconscient collectif, Gstaad résonne comme Megève ou Saint-Tropez. Certes, les boutiques de luxe de l’artère principale et l’hôtellerie haut de gamme rappellent bien que la jet-set s’y donne rendez-vous, mais l’ambiance reste authentique, et il n’est pas rare d’y croiser un paysan sur son tracteur. Saviez-vous que le Saanenland compte quasiment autant de vaches que d’habitants ? 7 000 pour être précis. Avec 200 exploitations agricoles, 80 alpages et la fabrication de 300 tonnes de fromage, l’élevage et la production de lait sont au centre de l’économie de la région

DSC_7441

J’ai hâte de découvrir les produits du terroir et l’art de vivre helvétique. Avec plus de 100 restaurants, dont plusieurs référencés au Gault et Millau, j’ai l’embarras du choix dans ce haut lieu de la gastronomie.

Pour les amateurs de sport, la région propose, été comme hiver, un éventail varié d’activités : randonnées, balades en VTT, parapente, kayak et même ski de fond ou luge sur le domaine du Glacier 3000.

Ce matin, j’emprunte le sentier qui relie Gstaad à Schönried pour prendre un peu de hauteur et m’offrir une promenade bucolique qui fleure bon le printemps ! Je traverse des prairies verdoyantes et prends le temps de rêvasser dans l’herbe. Je découvre de nombreuses fermes et me laisse bercer par la mélodie des cloches des vaches simmental. Au pays du fromage, je succombe à la tentation et déguste une excellente fondue en pleine nature avec une vue imprenable sur les monts enneigés

DSC_7582

Le lendemain, à dix minutes de route de Gstaad, j’emprunte les télécabines pour accéder au glacier des Diablerets (Glacier 3000). Objectif : traverser le Peak Walk, seul et unique pont suspendu à relier deux sommets. À près de 3 000 mètres, je ne me lasse pas de contempler le panorama qui s’étend jusqu’aux frontières française et italienne. Peu à peu, les nuages s’invitent.

DSC_8006

Malgré cela, je traverse le glacier pour aller déjeuner dans un drôle de petit bistro : le refuge L’Espace. En chemin, le brouillard et le manteau neigeux se confondent et effacent les repères.

Si les massifs alpins sont majestueux sous le soleil d’été, ils révèlent leur beauté mystique lorsque la brume vient les revêtir. Après une petite heure j’atteins la quille du Diable, une paroi rocheuse au pied de laquelle s’accroche ce restaurant aux allures de cabane. Sa terrasse suspendue dans le vide offre une vue unique sur les Alpes bernoises et la vallée de Derborence en Valais.

DSC_8542

Par temps clair, on aperçoit le célèbre mont Blanc, et on peut avoir la chance de contempler le vol majestueux du gypaète barbu, l’un des plus grands rapaces d’Europe. Au menu, exclusivement des produits régionaux. Pour moi : saucisse de boeuf, fromage à rebibes et tomme fleurette de Rougemont chaude à l’huile truffée. Un délice !

DSC_8581

Pour finir mon séjour en beauté, après quelques descentes bien engagées en VTT, je m’offre un moment de relaxation dans un spa. Après ces quelques jours passés à Gstaad, je comprends mieux pourquoi la devise de ses habitants accueillants est “Prendre de la hauteur et lâcher prise”.

 

>> RETROUVEZ ICI LES ACTIVITES INCONTOURBALES A FAIRE A GSTAAD <<

Posted by:mytripfab

Laisser un commentaire